• Comment lire un kanji ?

    Types de lecture :

    Comme je l'ai déjà évoqué dans l'article Les kanjis : informations générales, les kanjis peuvent souvent se "lire", ou prononcer, de différentes façons selon le contexte. Ces "lectures" se classent en 3 catégories :

    - lecture "ON" : prononciation dérivée de la prononciation chinoise du caractère. Par exemple, le kanji 人 peut se lire "jin", lecture on dérivée de la prononciation "rén" chinoise (lire "jeun").

    - lecture "KUN" : prononciation japonaise. Lors de l'importation des caractères chinois, les Japonais ont utilisés les logogrammes chinois pour représenter le même concept dans leur langue. Par exemple, le caractère chinois 人 "rén" (personne) est utilisé en japonais pour écrire le mot "hito" (personne).

    - "ateji" : les ateji sont des mots dont la prononciation ne correspond pas à l'association des lectures des kanjis qui les composent. En fait, c'est le système "lecture kun" étendu à l'ensemble d'un mot et non pas à un simple kanji. Par exemple, les kanjis 大人 sont utilisés pour écrire le mot "otona" = adulte (littéralement grande 大 personne 人) mais cette prononciation ne correspond pas à la liste de leurs lectures : 大 = oo.kii, dai, tai ; 人 = hito, jin, nin.

     

    Méthode de lecture courante :

    Jusque là, c'est un peu compliqué mais on s'y retrouve. Le problème, c'est que les kanjis ont entre 1 et parfois 6 (voire plus) lectures, et il n'existe pas de règle absolue pour savoir laquelle choisir. Le mieux, c'est encore de déjà connaître le mot !

    Il existe cependant quelques "règles" qui permettent de s'y retrouver un minimum :

    - un kanji utilisé seul, surtout s'il est suivi d'okurigana (hiragana qui suivent un kanji pour former un mot), se lit plutôt en lecture kun. Ex : 使います : tsuka.imasu "utiliser".

    - des kanjis combinés ensemble pour former un mot se lisent généralement en lecture on. Ex : 使用 : shiyô "utilisation".

     

    Exceptions :

    Il existe cependant beaucoup d'exceptions, dont certaines ont des noms japonais plus poétiques que techniques :

    - des kanjis seuls peuvent se lire en lecture on (certains n'ont même que ça !) et des mots entiers peuvent se lire en lecture kun. Ex : selon les cas, le kanji 他 "autre" se lit soit "hoka" (kun) soit "ta" (on) lorsqu'il est seul. Ex : le mot 大雨 "grosses pluies" se lit en lecture kun "ooame" (et non en lecture on "taiu").

    - les "lecture jûbako" 重箱読み (jûbako yomi) : tout comme dans le mot "jûbako", le premier kanji est lu en lecture on et le deuxième en lecture kun. [jûbako : "boîtes carrées en bois ou en laque contenant des mets variés et raffinés", cf. プチ・ロワイヤル和仏辞典].

    - les "lecture yutô" 湯桶読み (yutô yomi) : tout comme dans le mot "yutô", le premier kanji est lu en lecture kun et le deuxième en lecture on. [yutô : récipient en laque avec un bec verseur].

     

    Conclusion, tous à vos dictionnaires ! Eh oui, quand on aime le japonais, on ne compte pas les lectures à apprendre =D

     

    Attention, si vous voulez accéder à nouveau à cet article ultérieurement, vérifiez que l'URL ne se termine pas par "recent/[nombre]". Si oui, cliquez sur le titre de l'article. Un nouvel URL apparait. C'est l'URL fixe de l'article.

     


  • Commentaires

    1
    Teresa
    Jeudi 7 Février à 15:07

    Monsieur,

    Est-ce que l'on peut avoir la liste des composants avec la meme lecture ?

    De ce fait on ajoujte les radicaux a un meme composant et on  se souvient  de sa prononciation ..

    Est-ce une bonne idee ?

    Merci-  Teresa

    2
    Jeudi 7 Février à 15:24

    Bonjour Teresa,

    Je ne suis pas sûre de bien comprendre la question mais je déduis que vous avez lu plusieurs articles sur le blog.

    Le problème, c'est qu'il n'y a pas de règle absolue.

    Par exemple, un kanji dont on sait qu'il a une lecture "sei" a souvent une lecture "shô" également. Cela correspond par exemple à un certain nombre de caractères comportant l'élément 青 avec des clés différentes (à gauche). Cependant, il est (je pense) tout à fait envisageable que certains kanjis de ce type ne comporte qu'une des deux lectures ou encore d'autres lectures pour des raisons historiques (ce n'est qu'une supposition, je n'ai pas vérifié).

    De plus, ils comportent potentiellement aussi une (voire plusieurs) lectures "kun" qui, elles, ne sont pas prédictibles, puisqu'il s'agit (en gros) du mot japonais correspondant au sens du caractère (qui, lui, n'est pas japonais à l'origine).

    Enfin, même si on arrive à identifier des éléments qui apportent toujours la/les mêmes lectures aux kanjis qu'ils composent, on ne peut pas pour autant prédire avec certitude quelle lecture choisir.

    C'est pourquoi il est important, quand on apprend le japonais, d'étudier à la fois les kanjis en tant que caractères et le vocabulaire en tant que mots réels qu'on utilise. Connaître les kanjis seuls peut permettre de deviner la lecture et/ou le sens d'un mot, mais cela reste une méthode très approximative.

    Enfin, pour trouver tous les kanji ayant la même lecture, vous pouvez vous référer aux listes de kanji classés par lectures à la fin des ouvrages de référence tels que Kanji to kana et Kanji kakitai (pour n'en citer que deux).

    J'espère avoir répondu à votre question, mais n'hésitez pas à m'aiguiller si ce n'est pas le cas :-)

     

    Marie/Yumi

    (ps : Yumi est un prénom de fille ^^)

      • Teresa
        Jeudi 7 Février à 18:58

        Merci Marie-Yumi,

        Oui, c'est ce que je voulais dire. En fait, il faut lilre les kanjis dans un contexte et c'est

        tput ce aue lo'on peut dire.

        Oui, c'est complexe, mais on les aime ces kanji !!!

        Merci de votre reponse.

        Que Dieu vous garde et vous benisse !]

        Teresa

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :